Sacristain / sacristine

Pourquoi ces deux orthographes? Sacristaine était la dame laïque qui officiait autrefois en qualité de sacristine. On peut encore utiliser cette expression de nos jours. Cependant, on a généralisé le terme de sacristine qui était autrefois et aujourd’hui encore réservé aux religieuses qui s’occupent de la sacristie.

Elles arrivent les premières à l’église ou à la chapelle afin que tout soit prêt à l’heure précise où elles doivent déclencher la sonnerie des cloches. Elles mettent en place le lectionnaire sur l’ambon et le livre de célébration sur l’autel. Sur la crédence, elles disposent le ciboire, le calice, la patène, les burettes. Elles contrôlent la sonorisation, les micros, les ornements du prêtre, des servants. Après avoir rangé ornements, aubes, livres, papiers, etc. et éteint les cierges, elles sont les dernières à quitter ces saints lieux. On pourrait les comparer aux préparateurs d’un institut universitaire, sauf qu’elles manipulent des objets chargés de sens, bien plus précieux  que des éprouvettes…

Leur présence discrète et attentionnée aux messes dominicales, aux mariages, aux enterrements, aux veillées de prière, permet un bon déroulement des cérémonies. S’activant à l’ombre de la sacristie, elles sont à la fois, le bras droit et l’ange gardien du célébrant. Elles aident les servants à se vêtir des aubes, à mettre les croix, leur murmurent de temps en temps ce qu’ils doivent faire. Elles ont aussi le souci d’avoir à disposition tout un stock de matériel destiné aux sacrements: cierges de baptême, saint chrême, eau bénite, lumignons, etc.

Si l’église est toujours impeccablement propre et artistiquement fleurie, c’est grâce à elles. Elles en prennent soin comme s’il s’agissait de leur foyer. Les alentours de l’église sont passés au peigne fin après les mariages; sans oublier la lessive du linge d’église, des aubes des prêtres et des servants : elles ne chôment donc pas.

A la fois Marthe et Marie, elles ne comptent ni leur temps, ni leur peine et vaquent à leurs occupations, tout en suivant religieusement les offices. Elles sont actives et priantes, près de Dieu, dans sa maison dont elles ouvrent et ferment les portes quotidiennement.

Nos sacristines sont :

Madame Josiane Sciboz,
Rte de Corjolens 18, 1754 Corjolens, tél. 026 470 02 41,
sacristine de l’église de Matran et concierge de la Maison de Paroisse St Julien – grande salle – et chapelle funéraire.

Madame Gilberte Schafer,
Rte du Covy 25, 1754 Avry-sur-Matran, tel. 026 470 16 72
Sacristine et concierge de la chapelle d’Avry.

Haut de page